Nos athlètes
Nos athlètes

Oriane Bertone


Retour aux athlètes
Oriane Bertone

Galerie photos

Date de naissance : 10 mars 2005

Lieu d’origine : Nice
Site internet / blog : https://www.facebook.com/oriane.bertone.9 

 

 

Tes débuts dans l’activité :

Lors d'un centre aéré j'ai découvert l'escalade en naturel sur des blocs de basalte. Depuis, je n'ai plus cessé de grimper sur tous les supports et partout à La Réunion et ailleurs.

 

Discipline de prédilection :

J'adore le bloc et la difficulté, mais ma préférence va au bloc en naturel.

 

Avec Scarpa depuis :

Depuis que je fais de la compétition de façon plus sérieuse je suis passée aux chaussons DRAGO. Je ne pourrais plus grimper avec autre chose.

 

Tes spots préférés :

Rocklands est mon spot préféré. C'est du grès orange. Fontainebleau en couleur ! J'adore aussi Saint Léger pour la falaise. C'est varié à grimper et beau à voir en plus !

 

Palmarès :

Championne de France de bloc et difficulté en 2017, 2018 (benjamines) et 2019 (minimes)

Championne d'Europe et du monde de Bloc en 2019 (minimes)

Championne du monde de difficulté en 2019 (minimes)

 

3 de tes réalisations marquantes (autre que la difficulté pure) :

Je suis particulièrement fière d'avoir réussi La cicatrice de l'Ohm (8A+), Trafic (8B), Big golden assis (8A) et les Beaux Quartiers (8A) à Fontainebleau. Ce sont des blocs majeurs et exigeants, qui ont aussi une histoire. A Rocklands j'ai adoré grimper Bio affinity (8B) et Golden Shadow (8B/+) qui m'ont demandé du travail et de l'acharnement. A La Réunion je suis heureuse d'avoir pu ouvrir la variante directe d'un bloc emblématique de l'île : Le Spartiate assis (8B). Pas mal de grimpeurs avaient donné l'assaut à ce bloc sans parvenir à le dompter. Quel bonheur de réussir la première !


Tes modèles Scarpa préférés et pourquoi :

 Les DRAGO sont sans aucun doute mes chaussons préférés. Ils sont souples et le talon colle à merveille. J'ai l'impression de sentir les prises et de gagner en précision et adhérence. Impossible de m'en passer.

 

Objectifs (dans ton sport) et projets (autre) :

Mes objectifs à court terme sont de confirmer mes titres en bloc et difficulté, mais mon vrai rêve serait de représenter la France aux JO à Paris. Le chemin de ce rêve est long, mais ce serait tellement génial que je ne peux m'empêcher de l'envisager.

Sinon j'aimerais beaucoup écrire et enseigner le français. J'adore les lettres et la littérature !

 

Loisirs (en dehors de ton sport) :

Je suis accro à la pêche et à la cueillette de champignon en forêt. à chaque fois que c'est possible j'y passe des heures ! 

 

Musique :

J'adore Imagine Dragons quand je suis un peu stressée, mais je n'ai pas de titres préférés. 

 

Films préférés :

J'adore Spiderman ! Quand j'étais petite j'avais acheté un déguisement de Spiderman que je mettais aux kermesses de fin d'année. C'est un héro bien choisi pour une grimpeuse je trouve !

 

Livre :

J'adore lire les pièces de théâtre comme Médée de Jean Anouilh

 

 

 

 

 

INTERVIEW 

 

Oriane Bertone, 14 ans et déjà un parcours remarquable

 Championne de France de bloc et difficulté, Oriane remporte aussi, dès sa première année de minimes (Youth B), les coupes d’Europe de Graz (AUT) et Soure (POR), en bloc et d’Ostermundigen (SUI) et Saint Pierre en Faucigny (FRA), en difficulté.

La jeune Réunionnaise remporte la même année (2019) le championnat du monde minimes (Youth B) avec deux médailles d’or, une en bloc (bouldering) et une en difficulté (lead).

 

Bonjour Oriane, comment te sens-tu avec ces 2 médailles d’or dans ta poche?

C’est difficile à décrire. Bien que j’aie travaillé pour ça depuis quelques années, c’était toujours un objectif rêvé parce que j’étais benjamine et je ne pouvais pas participer aux compétitions internationales. Du coup, je n’avais pas une idée précise de mon niveau comparativement aux concurrentes des autres nations et ça a été une bonne surprise de constater que je pouvais rivaliser, voire même être devant.

 

Comment est ce que tu t’es préparée à cette victoire ? Est ce que tu as suivi une programmation sportive particulière ? Où est ce que tu t’entraines habituellement? Existe-t-il à la Réunion des salles adaptées aux compétitions de niveau international?

Ma préparation n’a rien de particulier. Je grimpe un peu partout, en naturel, en artificiel, en bloc et en difficulté. Je ne fais pas de musculation ni de pan Güllich. Je cherche à progresser techniquement et physiquement en grimpant et en augmentant l’intensité des passages. Du coup je varie beaucoup les lieux. Je pars toujours un mois par an à Rocklands pour faire du bloc. Je fais des petits séjours à Fontainebleau. Je vais aussi un peu en falaise sur des sites variés comme Boven, Saint Léger du Ventoux, dans le briançonnais et bien sûr à La Réunion ! Pour la compétition je me déplace avec l’équipe du pôle Outre Mer sur des sites en métropole et ailleurs pour trouver les structures qui manquent à La Réunion, notamment en difficulté. Les murs les plus haut à La Réunion sont de 10 à 12 mètres ! C’est compliqué de se préparer correctement, même si les ouvreurs réunionnais font ce qu’il faut pour que je puisse travailler au niveau requis.

 

C’est incroyable de te regarder grimper, tout parait facile, tu restes très fluide. Est ce qu’à certains instants tu as douté ? Est ce que tu as trouvé des passages impressionnants ?

On doute toujours en compétition, mais c’est vrai qu’en bloc je me sentais plus tranquille qu’en difficulté. J’ai trouvé les ouvertures de ce championnat du monde particulièrement exigeantes, même sur les voies et les blocs moins durs. Du coup c’est toujours délicat et il est tout à fait possible de mal lire un passage et de passer à côté d’un bloc ou se trouver dans une impasse en difficulté. Dans ces conditions c’est toujours stressant et on n‘est sûr de rien jusqu’au bout. Mais justement c’est une formidable expérience et une leçon que je retiens de ces championnats. Se battre jusqu’au bout parce que rien n’est acquis et que la concurrence est toujours présente.

 

Trouves tu une inspiration chez un grimpeur ou une grimpeuse ? Quelqu’un à qui tu aimerais ressembler ?

J’aime pas mal de grimpeurs que je trouve exemplaires, comme Janja, Ashima, Adam etc., mais je ne suis pas du genre à « vouloir ressembler » à quelqu’un. Evoluer et grimper au niveau de ces grimpeurs fantastiques ce serait le top, mais toujours en restant moi-même.

Lire +