Enchainement dans les calanques par Yann Borgnet

Enchainement dans les calanques par Yann Borgnet

Enchainement dans les calanques par Yann Borgnet

L’enchaînement peut paraître inaccessible. Et pourtant, les calanques proposent une multitude de possibilités, des plus aisés aux plus ardus, des plus courtes à de longues journées de pérégrinations. La Grande Candelle intégrale en est un, modulable à souhait, permettant de parcourir une une journée les extremums de la Calanque de Sormiou : lorsque le départ se fait les pieds dans l’eau, il est possible d’admirer un coucher de soleil haut perché, au sommet d’une des cimes emblématiques de ce massif méridional : la Grande Candelle. Entre temps, vous aurez l’occasion de vous délecter des plaisirs du beau mouvement durant 3 belles ascensions, le tout sous le soleil méditéranien, souvent atténué par un mistral salvateur.

La première ascension est commune à toutes les combinaisons. Il s’agit de la très classique et non moins magnifique traversée de la commune. Si le premier pas en enjambement peut s’avérer impressionnant, surtout en cas de houle forte, il préfigure une suite magnifique, bien équipée et très abordable. Plusieurs variantes sont possibles, s’échelonnant du 5c au 6a+. Attention, cette voie est classique et très fréquentée, il s’agit donc de se lever tôt pour ne pas prendre du retard pour la suite. Attention, après la grande traversée horizontale du début, il faut monter tout droit sur quelques mètres avant de traverser à droite jusqu’à une profonde faille. Cette ouverture béante augure un des passages mythique de cette traversée. La suite est raide, le gaz est prégnant, la présence de l’eau ne faisant que renforcer cette impression d’un autre monde, mélange de grimpe et de marine...

 

Une fois au sommet, un petit promontoire permet de se déséquiper en jouissant d’une vue magnifique sur la Commune. Une petite dizaine de minutes de marche permettent d’accéder au deuxième étage : le socle de la Grande Candelle. C’est là que commence le mixte des combinaisons, multipliant par carré successif les possibilités d’ascension, rendant chaque enchaînement comme unique en son genre ! Comme quoi, il reste des premières à réaliser même dans un Massif très fréquenté comme les Calanques.

 

Proposition en 6a : Voie du Temple, 5c+, 9 longueurs : jolie voie très fréquentée. Toutes les autres voies sortent par celle-ci.

Proposition en 6b : Mahavishnu, 6b, 3 longueurs, sortie par le Temple

Proposition en 7a : Alchimie de la Douleur, 7a+, 3 longueurs ou 7a si l’on fait «Enfer et damnation en L1». Magnifique voie technique.

Toutes les voies du socle sortent nécessairement par le Temple, bouquin à prévoir en cas d’affluence ! Ou possibilité de sortir par une variant peu protegeable à droite (quelques pitons)

 

Au sommet du socle, on commence à se rendre compte du chemin parcouru. Le champ de vision s’élargit, la vue prend une nouvelle dimension et un petit promontoire constitue une merveilleuse invitation au casse-croûte et à la sieste, si le timing le permet ! En effet, reste l’ascension de la majestueuse Grande Candelle, sommet emblématique des Calanques. Sa face parait d’ici insurmontable, raide au possible, lisse «comme un cul de femme sans vergiture». Mais ou diable les anciens ont-ils pu se frayer un chemin ?!

 

Proposition historique et 6a : l’arête des Marseillais : la grande classique des Calanques, à l’image de la Rébuffat à l’Aiguille du Midi. Première longueur en 5c ultra-patiné, pire que le Biclop pour la référence Annécienne ! Le reste en 3.

Proposition en 6b : La Suzon, 4 longueurs en 6a/b. Voie Livanos !

Proposition en 7a : Les Fleurs du Mal : 7a max. Superbe voie, la troisième longueur (en 7a) est d’anthologie, dure jusque sous le relais (il faut ouvrir les yeux !) !

Après 450m d’ascension, le sommet de la Candelle vous accueille généralement arboré de sa plus belle teinte. Le crépuscule arrive bientôt, et c’est dans la douceur de la nuit Marseillaise que le GR vous conduira tranquillement jusqu’à Luminy, avec la satisfaction d’avoir réalisé un beau voyage !

 

Y.BORGNET