Rébuffat-Terray et Beyond good and evil par Yann Borgnet

Rébuffat-Terray et Beyond good and evil par Yann Borgnet

Rébuffat-Terray et Beyond good and evil par Yann Borgnet

Première :

Rébuffat/Terray : Gaston Rébuffat et Lionel Terray, 10 août 1944. Rab Carrington et Alan Rouse pour un parcours en glace, 7-8 février 1975

Beyond good and evil : Andy Parkin et Marc Francis Twight, 21-22 avril 1992, après avoir repéré la ligne le jour de la chute du mur de Berlin, suivi de 2 tentatives !

 

Difficulté :

Rébuffat/Terray : V, 5, M5+ (par l’attaque directe)

Beyond good and evil : 5+, M6 ou A1/A2

 

Matériel :

Rébuffat/Terray : jeu complet de camalot (0,3 à 2), coinceurs, 5 broches courtes. Encordement à 60m.

Beyond good and evil : Jeu complet de camalot + micro-friends, 3 broches courtes. Encordement à 60m.

 

Saison : Automne

 

Hébergements : Refuge du Plan de l’Aiguille (privé, ouvert généralement jusqu’au premier week-end de novembre), bivouac sous les dalles du Peigne.

 

Topo : Glace, neige et mixte, Le topo du massif du Mont-Blanc : Tome 2, De l'Envers des Aiguilles au bassin de Tré-la-Tête, signé F. Damilano (La Bible du chamoniard)

 

L’aiguille des Pélerins nargue les alpinistes depuis la vallée de Chamonix. Sa face Nord, bien que légèrement masquée par les majestueuses dalles du Peigne, se dévoilent néanmoins généreusement aux yeux de ceux qui naviguent entre Chamonix et le pays helvétique. Plusieurs voies parcourent cette belle face, mais deux d’entre elles retiennent notre attention : la voie Rébuffat/Terray, signée par la cordée mythique en 1944 et la voie Beyond good and evil, plus dure, et plus récente signée notamment du discret mais non moins illustre Andy Parkin.

 

Peut-être est-ce le fruit du hasard des bonnes conditions, peut-être est-ce seulement le fruit d’un mode de communication original, nommé «radio-Chamonix». Pour ne pas laisser de déçu quant à la véritable solution de l'énigme de la mode et de l’affluence, nous opterons pour le «statut-co». Sans nous étendre davantage sur les soubassements psychologiques et sociologiques qui fondent la renommé d’une voie, et donc l’apposition du qualificatif de «classique», nous pouvons dès à présent constaté que ces deux morceaux de l’alpinisme n’ont cessé de faire des émois en cette fin d’année 2012. Chaque jour où le ciel présentait un soupçon de clémence, de nombreuses cordées se pressaient sur ces lignes, ces pures créations humaines, qui d’une simple pente abrupte fonde un mythe. Quelles sont les assises d’une telles mystifications ? La beauté de la ligne apporte probablement une partie de la réponse. Quand «Beyond» remonte un beau livre ouvert en plein milieu de la face, la voie Rébuffat parcourt une vaste rampe qui la coupe de part en part. La renommée de ces ouvreurs n’en est pas moins à écarter. On ne peut que reconnaitre le prestige des deux figures de l’alpinisme que sont Rébuffat et Terray, et la classe de l’artiste et alpiniste Andy Parkin. Enfin, un dernier élément d’explication peut venir de la «résonance médiatique» des répétitions qui se sont succédées. Alors me vient subitement en tête la photo de Jean-Christophe Lafaille remontant le fin crayon de glace du grand dièdre de Beyond.

La voie Rébuffat-Terray est quasi exclusivement glaciaire. Une longueur de la partie terminale peut présenter un petit pendule en fonction des conditions. Néanmoins, si vous vous sentez l’âme d’un rochassier, ou que, tel Jeff Mercier, des piolets à fortes courbures vous sont greffés à la place des mains, une attaque directe presque uniquement «dry» est possible. Côtée 5+ dans la Bible (cf ouvrage de F. Damilano), elle correspond à un bon M5 de nos jours ! Elle présente l’intérêt non négligeable de ne pas cheminer sous le gros sérac marquant l’extrémité septentrionale de la face nord, ainsi qu’une variété des petits plaisirs de l’alpiniste !

La voie Beyond, quant à elle, propose des difficultés plus variées. Tout cela varie énormément selon les conditions et la quantité de glace. Quand les premiers ascensionnistes eurent recours à l’usage de l’escalade artificielle, des bons automnes ont vu des alpinistes ne toucher que la glace vive ! La nature fait néanmoins bien les choses : plus la quantité de glace est importante, plus l’ascension s’en trouve facilitée, mais plus l’engagement et les possibilités de protection s’en trouvent diminuées, les fissures étant bouchées par la glace. Un passage décrit comme «ahah» dans la Bible est par fort malheureusement plus difficilement protegeable en cas de conditions moyennes.

 

Approche : l’accessibilité par excellence !

Depuis le «Plan de l’Aiguille», monter dans le chaos de bloc en direction des grandes dalles lisses du Peigne jusqu’à l’altitude de 2450m, les longer vers la gauche (Est), on arrive au niveau du glacier de Blaitière, dominé par la Face Nord des Pélerins. Il faut remonter le glacier (plutôt rive gauche) jusqu’à buter contre la paroi. La voie Beyond démarre par un joli plaquage à droite. Pour la voie Rébuffat-Terray : tout droit pour l’attaque directe, ou continuer à longer la paroi vers la gauche (100m) pour atteindre une langue de neige (expo aux séracs). (1h30 depuis le plan de l’Aiguille)

 

Itinéraire de la voie Rébuffat/Terray

Il suit une rampe caractéristique ascendante vers la droite.

Attaque directe : gravir le vague dièdre fissuré et évident juste au dessus de l’attaque de Beyond. Celui-ci se perd dans un terrain moins raide au rocher douteux, que l’on remonte vers la gauche. Une rampe ascendante à gauche permet de rejoindre la rampe principale.

Attaque classique : remonter le couloir sur 50 m, puis traverser à droite pour remonter des pentes de neige en oblique sur la droite. On atteint un premier ressaut que l’on franchit par des goulottes (65/80°). On rejoint une nouvelle pente de neige que l’on remonte en ascendance à droite, jusqu’à rejoindre le second ressaut. De là, 6 longueurs mènent au col des Pélerins.

L1 : fine goulotte en fond de cheminée

L2 : goulotte (75°) jusqu’au pied d’un passage légèrement déversant, que l’on évite par la droite (mixte délicat)

L3 : glace collée au fond d’un dièdre, puis sortie à droite sur une dalle pour rejoindre un névé (65/70°), jonction avec Beyond.

L4 : mur raide et neige donnant accès à une fine goulotte au fond d’un dièdre (65/85°)

L5 : passage rocheux, puis goulotte jusqu’au pied d’un dièdre, qui vient buter sous un surplomb (mixte difficile)

L6 : remonter le dièdre (glace fine), puis traverser par un pendule ou par un mouvement ample si il y a assez de glace. Sortir au col des Pélerins par un dièdre ouvert (75/85° puis mixte enneigé délicat).

 

Itinéraire de la voie «Beyond good and evil»

Attaquer par un plaquage en glace fine (75-80°) interrompu par deux petits passage de dry bien protegeables. On vient alors buter sous un pilier rocheux. Le contourner par la droite (glace mince, 70°), et remonter les pentes de neige qui font suite. Un ressaut en glace (70°) permet de rejoindre la base du dièdre. Remonter le fameux dièdre en 2 longueurs (30m et 60m++, 5c et artif à l’ouverture, plaquage fin puis bonne glace en 2012, quelques pitons en place sur les côtés). A la sortie du dièdre, la pente s’adoucie, il faut alors contourner un éperon par la droite (relais de la deuxième longueur du dièdre). Remonter la pente de glace en oblique à droite, et franchir un verrou rocheux ou en galce fine (protegeable à gauche). On rejoint alors une goulotte moins raide en ascendance à gauche, la remonter sur 2 longueurs. On rejoint alors la voie Rébuffat/Terray. Remonter la pente de glace, et faire relais à la base d’un pilier, sur une bonne vire. Deux dièdres parallèles se dressent au dessus. Partir dans celui de gauche (plaquage fin 80-85° ou rocher, M6 ou A1/A2), puis traverser dans celui de droite. Continuer par une pente de glace moins raide et plus fournit (60m). Enfin, par une dernière longue longueur (60m), remonter un plaquage (70°) en oblique à droite, puis sortir par un dièdre en mauvais rocher et neige collée jusqu’à l’arête.

 

Descente : la descente classique s’effectue en rappel dans la voie Rébuffat Terray. Pour Beyond, 2 grands rappels (équipés), permettent de rejoindre la voie Rébuffat/Terray. De là, les rappels sont équipés à 50m.

Une descente est néanmoins possible en Face W (cf topo Damilano)